Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Auguste Achille Emmanuel Pécard (1883-1957)

Auguste Achille Emmanuel Pécard dit “Pécard-Mabille” (parfois “Pécard-Chauveau”), né le 12 mars 1883 à Nevers (Nièvre) et décédé le 11 janvier 1957 à Amboise (Indre-et-Loire), est un ingénieur-mécanicien à la tête de la Maison Mabille de 1913 à sa mort.

Diplômé de l’École des Arts et Métiers d’Angers, Auguste-Achille Emmanuel Pécard rejoint la société “E. Mabille frères” au début du XXème siècle auprès de son père, Auguste Achille Pécard (1856-1926) et de son oncle, Emmanuel Ernest Mabille (1863-1842). Durant ces années, il apporte de nombreux perfectionnements aux instruments agricoles motorisés. En 1913, aux côtés de son frère Maurice Pécard (1889-1964) et de Paul Floquet (1879-1915), Auguste Achille Emmanuel Mabille prend la direction de la société “Les fils de Pécard-Mabille & Floquet” et de ses ateliers de fabrication.

Le 1er août 1914, la mobilisation générale est décrétée en France, pour y être effective le lendemain. Le 3 août suivant, l’Allemagne déclare la guerre à la France. Le capitaine Auguste Achille Emmanuel Pécard, le lieutenant Maurice Pécard et le lieutenant Paul Floquet sont alors appelés sous les drapeaux les premiers jours de la mobilisation générale, laissant la société amboisienne aux mains d’un employé non mobilisé. Toutefois, Auguste Achille Emmanuel Pécard est démobilisé à la fin de l’année 1915 après avoir contracté une maladie dans les tranchées. Retrouvant contre son gré le monde des affaires, il contribue à l’effort de guerre à travers la “Société Pécard frères et Bruneau” jusqu’en septembre 1918.

Durant l’Entre-Deux-Guerres, Auguste Achille Emmanuel Pécard et Maurice Pécard, rejoint en 1927 par leur plus jeune frère Roger Pécard (1904-1993), modernisent l’entreprise familiale presque centenaire. La société “Les fils de Pécard-Mabille”, renommée en 1925 SARL des “Pressoirs Mabille”, connaît ainsi plusieurs aménagements et agrandissements de leurs locaux présents sur les communes de Nazelles et d’Amboise. Un dépôt, voué à l’exportation de leurs instruments, est également crée à Béziers (Hérault). Enfin, de multiples perfectionnements sont apportés à leurs instruments agricoles, avec l’aide d’Aimable Dutray (1889-1978), ingénieur diplômé de l’École des Arts et Métiers d’Angers, travaillant pour la Maison Mabille ces années-là. De nouvelles marques sont déposées à cette occasion : “Hydrélastic Mabille”, “Égoutfort”, “Foulopiston”, “Égrappiston”, “Pressoirs supercontinus” ou encore “Rotofoulopompe”.

Toutefois, l’occupation allemande et les dommages occasionnés lors de la Seconde Guerre Mondiale, la concurrence italienne de plus en plus virulente et la perte de leurs marchés nord-africains tourmentent gravement la Maison Mabille au lendemain du conflit. Les dirigeants de la société des “Pressoirs Mabille” doivent alors amorcer plusieurs restructurations pour la survie de l’entreprise. Auguste Achille Emmanuel Pécard reste aux affaires jusqu’à son décès, le 11 janvier 1957 à Amboise.

Autres activités

En parallèle, membre du comité de patronage de l’école primaire supérieure à Amboise, Auguste Achille Emmanuel Pécard est fait officier d’académie. Il s’investit aussi dans l’école d’Amboise, située à quelques mètres seulement de la Maison Mabille. En 1931, il se voit ainsi attribuer sa première lettre de félicitations par la Présidence du Conseil.

Par décret, il est également nommé conseiller honoraire du commerce extérieur de la France, dans la région économique de Nantes, pour une durée de cinq ans, avant que son mandat ne soit finalement renouvelé en 1937.

Famille

Auguste Achille Emmanuel Pécard est le fils aîné d’Auguste Achille Pécard (1856-1926) et d’Albertine Marie Mabille (1861-1951).

Le 16 mars 1909, Auguste Achille Emmanuel Pécard épouse Renée Chauveau (1887-1980). Pierre Pécard naîtra de cette union le 31 janvier 1923.

Décoration

  • Chevalier du Mérite Agricole en 1913.

Sources :
Journal Officiel de la République française. Lois et décrets, Paris, 45ème année – n°37, 7 février 1913, p. 1252 ; 55ème année – n°289, 24 octobre 1923, p. 10128 ; 64ème année – n°106, 5 mai 1932, p. 4762 ; 69ème année – n°195, 24 août 1937, p. 9667; 64ème année – n°160, 9 juillet 1932, p. 7399 ; 69ème année – n°187, 13 août 1937, p. 9152.
ADN : 81J 352, généalogie de la famille Pécard réalisée par Gérard Pécard (2008), détaillant la descendance de François Augustin Pécard.
ADI&L: 4U 1/84, actes de sociétés, extraits déposés au greffe de la société “Les fils de Pécard-Mabille et Floquet” puis de la société des “Pressoirs Mabille” (1913-1927) ; et acte de société (octobre 1915) et de dissolution (septembre 1918) entre Auguste Achille Emmanuel Pécard, Maurice Pécard et Georges Bruneau sous la dénomination “Société Pécard frères et Bruneau”, fabricant d’obus et de munitions, 1915-1918.
ADI&L : 6U 275/6, acte de société anciennement sous la dénomination “Les fils de Pécard-Mabille et Floquet” suite au décès de ce dernier, étude de Me Albert Delaroche, notaire à Amboise, et Me Émile Gaullier, notaire à Orléans, juin 1916.
ADI&L : 10M 254, états nominatifs de la société des “Pressoirs Mabille” du 1er novembre 1938.
ADI&L : 1301W 864, transformation de la SARL des “Pressoirs Mabille” en SA, devant Me Maurice Mercier, notaire à Amboise, acté le 27 janvier 1954 et déposé le 12 février 1954. Dossier n°183 (28 janvier-10 août 1954).
CAEF : B-15319, dossier d’imposition sur les bénéfices de guerre (loi du 1er septembre 1916) concernant la société “Pécard frères et Bruneau”, fabricant de munitions, à Nazelles.
CAEF : B-15519, dossier d’imposition sur les bénéfices de guerre (loi du 1er septembre 1916) concernant la société “Les fils de Pécard-Mabille et Floquet”, ingénieurs constructeurs, à Nazelles.